Enfants

           


MYRIAM ET ALINE

 

Ma fillette
Alouette
Flèche blonde,
Yeux de ciel
Lèvre ronde
Joue de miel.

Flamme folle sur la cendre,
Toi si brusque mais si tendre,
Tu dors. 

Paupières nacrées aux franges sombres,
Goutte de lune posée dans l’ombre
Bouche vermeille
Tu sommeilles…

 

Jolie bouclette,

Douce frisette,

Rose fluette

Fait la dînette.

 

Chanson habile

Tendre babil

Perle diaphane

Sourit et plane.

 

Aline

Câline,

Si maligne, si mutine

L’œil en coin, la bouche fine,

Pirouette, la coquine !





 

 

Mes petits anges,

 Fines mésanges,

Émerveillement

                                                                                           De chaque moment

                                                                                           Oh ! Dons merveilleux

Cadeaux précieux

Amour infini

                                                                                           Qui parle de Dieu

 




..........................................................................................................................................................










M ignonne Myriam

Y eux étonnés, candides

R evient telle un bolide

I nfatigable et clame :

A h !  Où est donc ce jeu ?

M  aman, dis, je le veux !

 



F ille du vent, dis-moi

L’ as-tu vraiment cherché ?

A ces mots, de pleurer…

M ais bientôt se déride,

M aman l’a retrouvé !

E t la cage se vide…




                    

COUCOU !

 

 

Rire coquin

Et l’œil mutin

Mine de rien

Qui va et vient ?

 

Joli lutin

Ou écureuil ?

Dès le matin

Est sur le seuil

 

Et m’accueille…

 

Qui trottine

Tendre et fine

Et badine

La maline ?

 

Tu devines

C’est Aline !

 






.................................................................................................................................................................................................









Joue de pomme

L’air bonhomme

Rondelette

Et brunette…

 

Joueuse comme un chaton

Charmeuse et l’œil fripon

Je babille en sautillant

Je m’esclaffe à tout moment…

 

Vive comme une étincelle

Ou tendre comme une agnelle

On m’appelle…

                              Gabrielle !

 










Petit garçon

Petit fripon

Aux yeux verts

De chaton

 

Frimousse tendre

Qui sait vous prendre

D’un regard

A cœur fendre

 

A petits pas

Nous marchons

A petits mots

Nous parlons

 

Puis soudain

Tout douceur

Arme son poing

D’une fleur !

 

« Pour toi, maman… »












Comments