Recueils- extraits


DES MOTS, POUR QUOI FAIRE ?

 

Jouissance éphémère d’assembler des mots

Des mots de naguère et des mots nouveaux,

Des mots si divers, comme des tableaux,

Des mots si diserts pour dire le beau,

 

Des mots de concert chantant sans défaut

Et qui nous éclairent comme des flambeaux,

Ou des mots d’affaire, glacés jusqu’aux os,

Ou des mots d’hiver qui tournent le dos ?

 

Oh ! Les mots-barrières, oh ! Les mots-couteaux,

Et les mots-corsaires et les mots-bourreaux

Jetés, si amers ; et les mots-ragots

Jetés pour défaire, et qui nous enserrent

Comme en un tombeau !

 

Et les mots de verre, brisés en sanglots,

Les mots de misère cherchant un écho

Dans un cœur sincère ; et les mots-rideaux

Pour cacher l’envers, et qui sonnent faux.

 

Mais les mots offerts comme des cadeaux,

Ceux qui sont ouverts, ceux qui sont halos

Qui parlent en frères, apaisent les maux…

Mais les mots offerts comme des cadeaux !

 

Des mots de la terre et des mots d’en haut,

Bijoux de lumière comme des émaux,

Des mots qui espèrent, des mots de repos…

Mais les mots offerts comme des cadeaux !

 

Des mots pour quoi faire ? Des mots pour rêver,

Des mots de lumière pour pouvoir prier,

Des mots pour nos frères, des mots pour aimer :

Les mots, Notre Père, que tu as donnés !

 

Premier prix au concours littéraire des Baronnies 2008


        extrait du recueil « Éclats de vivre » en vente aux éditions Flammesvives.com et sur priceminister.com



................................................................................................................................................................................................


 

 

FLEUR DES CHAMPS

 

 

Au bord du chemin

Joyau du matin

La fleur,

Épure fragile

Radieuse et gracile

Affleure.

 

De par sa candeur

Brille une  douceur

Si tendre

Que sa frêle moire

Attire un regard

Qui tremble.

 

Soudain la rumeur

D’un souffle grondeur

D’orage

La bouscule et passe

Jetant bas, hélas,

Otage,

 

Un pétale en pleurs,

Qui dans sa pâleur

De fleur,

Incline au rivage

Et puis sans ambages

Se meurt…

 

Que sert de fleurir ?

Pour quel avenir

Ta grâce ?

Pour toute réponse

Un monde de ronces

T’efface !

 

Et qu’as-tu offert,

Reflet de lumière

Sans fruit ?

-Reflet de lumière,

suis une prière

sans bruit.

 

 

 Troisième prix au concours de poésie des "Amis de Verlaine" 2008

 

        extrait du recueil "Eclats de vivre" en vente aux éditions Flammesvives.com et sur priceminister.com

 ............................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................

 

 

           

          


AVEU

 

 

Je n’irai pas au sommet de la hune

Guetter monts et merveilles

En quête de trésors

 

Je n’irai pas au-delà de la lune

Chercher des univers

De mystérieux ivoire

 

Je n’irai pas aux pays de l’ébène

Grimper sur les montagnes

Pour tenter un record

 

Je n’irai pas par les régions lointaines

Cueillir la fleur étrange

Et hallucinatoire.

 

Moi,

Je cheminerai les cheveux au vent

Docile à l’harmonie

De nos deux cœurs battants.

 

 

            extrait du recueil « Éclats de vivre » en vente aux éditions flammesvives.com et sur priceminister.com


...........................................................................................................................................................................................................................................................................................................................





Où restes-tu

Rosée au bord d’une larme ?

 

Pourquoi trembles-tu

Cachée dans ton rêve ?

 

Que cherches-tu

Blottie dans ton absence

 

Derrière un souffle ?

 

 

Petite fleur captive

D’un bourdonnement de miel

 

Perdue sans trêve

Sans sève

Sans arme

Toute silence…

 

 

Petite fille oubliée

Qui ne sait pas grandir

 

Petite fille apeurée

Qui renait chaque nuit

 

Précaire, éparpillée

Au bord de la vie,

 

 

Pourquoi trembles-tu ?



extrait du recueil "Aux quatre coins du vent" aux éditions Nouvelle Pléiade

 

Comments